Pourquoi emprunter plutôt qu’utiliser son épargne ?

Les raisons de faire ce choix

A première vue cela semble logique, pour acheter un bien, pour améliorer un cadre de vie ou encore se faire plaisir, si les finances le permettent, mieux vaut acheter cash. Sauf que lorsque l’on étudie un peu mieux la question, on se rend vite compte que cela n’est peut-être pas la bonne solution.

A cela il y a plusieurs raisons, dont la première est certainement que l’épargne et les liquidités peuvent servir à financer des investissements (bourse, projet immobilier, etc.…). Y puiser réduit considérablement la capacité de placements divers et d’opportunités qui pourraient se présenter. De plus, en cas de coups durs, la trésorerie qu’il constitue serait sérieusement rognée.

La deuxième raison est que l’épargne est souvent bloquée (assurance-vie, PEA, Compte-titre, etc.…). Pour en profiter, il faudra donc le débloquer, ce qui signifie compromettre le projet de vie et l’indépendance financière auquel elle était destinée.

Trouver un crédit avantageux avec une mensualité de remboursement peu élevée permet en plus de conserver son niveau de vie tout comme sa liberté financière.

Posséder des fonds peut également servir à convaincre une banque en cas de projet immobilier. En effet avoir de l’épargne prouve que l’on peut gérer son budget. Ensuite c’est un moyen de persuasion, car la banque ou l’organe financier peuvent être appâté par le fait du placement de ces liquidités dans l’établissement. Enfin, cette épargne peut constituer un apport personnel plus ou moins important.

L’effet de levier du crédit

Emprunter permet également de profiter d’un effet de levier dans certains cas. A titre d’exemple prenons un bien qui coûte 10.000 euros mais qui rapporte 8% de rentabilité par an. S’il est acheté cash grâce à l’épargne, il aura une rentabilité de 800 euros par an. En revanche, si ces 10.000 euros de liquidités sont investis dans un crédit de 100.000 euros qui rapportent toujours 8% par an, ce sont 8.000 euros de gains annuels. Si le crédit coûte 2% d’intérêt par an, il restera toujours 6.000 euros de rendement.

Idem pour un appartement dont la valeur est de 100.000 euros et que l’acquéreur pourrait acheter cash grâce à son épargne. Mieux vaut garder le 1% de rendement par an que lui rapporte cette somme, qui représentera 17.000 euros au bout de 15 ans, alors qu’un emprunt à 1,04% sur la même durée ne lui rapportera que 8.954 euros de gain.